Amadeo: Trouver une autre voix

Imagine un instant : Pendant un jour, on te demande de pitcher dans une langue que tu ne maîtrises pas. Y arriverais-tu ? Amadeo est un BA de 27 ans de Bruxelles en Belgique. Il a débuté au sein de la communauté BA il y a 4 mois dans le co-working hub d’Anvers. Le truc ? Il ne parlait pas un mot de flamand et a dû l’apprendre sur le tas. Mais grâce à la motivation et une volonté de fer, il a réussi à devenir l’un des tops BAs belges, ce qui lui a valu un voyage à Majorque où nous l’avons rencontré pour une discussion.

Temps de lecture 5 min.

Imagine un instant : Pendant un jour, on te demande de pitcher dans une langue que tu ne maîtrises pas. Y arriverais-tu ? Amadeo est un BA de 27 ans de Bruxelles en Belgique. Il a débuté au sein de la communauté BA il y a 4 mois dans le co-working hub d’Anvers. Le truc ? Il ne parlait pas un mot de flamand et a dû l’apprendre sur le tas. Mais grâce à la motivation et une volonté de fer, il a réussi à devenir l’un des tops BAs belges, ce qui lui a valu un voyage à Majorque où nous l’avons rencontré pour une discussion.

Amadeo a été recruté lorsque le BA Nick a frappé à sa porte durant l’été 2017. « Cela ma directement motivé car c’était précisément ce que je recherchais, notamment obtenir de l’expérience dans la vente » se rappelle le jeune BA belge. Amadeo n’allait pas seulement apprendre à vendre, mais aussi une nouvelle langue : « Au début, je savais que je n’allais pas faire autant de ventes que les autres, mais j’ai du sang italien qui coule dans les veines ce qui me rend mauvais perdant, je déteste abandonner. J’ai acheté un enregistreur et j’enregistrais les pitchs des autres BAs. J’avais le temps durant mon trajet de train et le soir chez moi pour les écouter et pratiquer mon néerlandais. Pas-à-pas, après m’être entraîné et fait preuve de ténacité, ça m’est doucement venu et aujourd’hui je sais pitcher dans une autre langue. Ce qui est fou c’est que je suis arrivé à un stade où j’arrive à faire plus de ventes que les BAs dont c’est la langue maternelle ».

Depuis qu’Amadeo a commencé comme BA, les choses sont allées très vite et il ne pourrait pas être plus heureux : « C’est l’opportunité parfaite pour moi, j’apprends une nouvelle langue, comment coacher, la vente et je peux voyager – l’une de mes passions. Hier j’étais à Bruges, le jour avant à Gand et aujourd’hui je suis à Majorque. Dans quelle autre industrie cela serait-il possible ? »

Enfin, s’il y a une chose pour laquelle Amadeo est reconnaissant, c’est le fait qu’être un BA lui a permis de booster sa confiance en lui : « Avant j’étais quelqu’un de très peu sociable et je parlais à très peu de gens. Aujourd’hui je discute avec tout le monde et je suis toujours ravi de rencontrer de nouvelles personnes. Je suis convaincu que c’est quelque chose que je n’aurais jamais pu trouver en dehors de la communauté BA. Tout est une question de mentalité, si tu ne l’as pas ou que tu n’es pas prêt à travailler pour l’améliorer, peut-être qu’être un BA n’est pas fait pour toi ».

Commence à networker dès maintenant avec lui via son profil!

Posté le 23/11/2017

Tu aimeras peut-être aussi...

B353013e65f6ae0ad1a1491c7580deb3d8b7a790 failure loop

Echec : Le meilleur coach de vie

La plupart des gens ne voit pas l’échec comme une option, mais ceux qui réussissent comprennent que cela fait partie du processus. L'important est d'apprendre des échecs à s’améliorer.

Temps de lecture 3 min.

5bd04f1c84f0b3caada801b668e47af914bee5f6 ba meetup amsterdam 50 1

Sophie: Aller plus loin

Nous nous sommes assis avec Sophie à Amsterdam, une BA de Bordeaux présente depuis seulement 4 semaines, elle nous a parlé de sa mentalité et de la façon dont cette opportunité la motive.

Temps de lecture 2 min.